Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

Emploi d'avenir vs emploi présent

Publié le 25 Juin 2013 par âne debout in témoignage

J’ai un neveu qui est horticulteur. Il a fait une formation pour ça et a décroché son diplôme.

Il y a deux ans, il a été embauché par une petite commune voisine pour le remplacement temporaire d’un employé en arrêt maladie. Un temps plein pendant 9 mois. Vous pensez bien qu’il était ravi. Je suppose qu’il a apporté satisfaction puisqu’après le retour du malade et pour faire face à l’accroissement saisonnier du travail, c’est lui que la commune à embauché pour le CDD de 6 mois à mi-temps qu’elle propose chaque année.

Jusque là, tout va bien.

Au début de cette année, la même commune l’a recontacté pour faire un remplacement suite à un nouvel arrêt maladie d’un autre employé. Ce CDD a duré 3 mois, à plein temps. Mon neveu se réjouit de prolonger ce CDD à plein temps par un nouveau CDD à mi-temps de 6 mois, comme l’année dernière. Cela lui a d’ailleurs été quasiment promis.

Jusque là, tout va très bien. Oui oui.

 ecole_horticole_gif_70.gif

Vous sentez que ça va se gâter, je le vois bien.

Comment avez-vous deviné ?

Hé oui, maintenant il existe les emplois d’avenir.

 EEEE.jpg

Les conditions (entre autres): avoir moins de 25 ans, être sans diplôme.

Mon neveu à 23 ans mais il a son diplôme d’horticulteur.

Que faire ? Ne pas dire qu’il a son diplôme ? Trop tard, c’est noté sur son dossier créé lors de sa première embauche par cette commune.

Finalement la commune en question a trouvé un jeune du même âge que lui, ayant fait les mêmes études d’horticulteur que lui, mais avec un énorme avantage : il n’a pas obtenu son diplôme. La commune lui a donc fait un contrat de 3 ans, à plein temps, au même salaire que mon neveu. Seulement, les habitants de la commune n’auront à leur charge qu’environ 15% du salaire, le reste étant pris en charge par tous les contribuables français.

Les emplois de l’avenir peuvent donc très bien supprimer les emplois du présent.

Commenter cet article