Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

La science des ânes (2)

Publié le 14 Septembre 2010 par âne debout in découvrage

grammaire.png 

Ce matin, j’ouvre mon site préféré, Arrêt sur images, et je découvre un nouvel article :

« Circulaire des Roms : l’AFP s’est laissée griller par un canard nantais »

Je me dis que quelque chose ne va pas. L’accord de « laissée » me parait bizarre. Mais bon, je lis l’article en me disant que je verrai ça plus tard.

Puis j’ouvre mes courriels et je découvre un nouveau message de mon ânonne G qui me dit :

« Je me suis faite avoir comme une débutante. »

Là aussi je me dis que quelque chose ne va pas et cette fois j’en suis sûr, l’accord du participe passé ne doit pas se faire avec le verbe pronominal « se faire ».

Avez-vous vu l’intitulé de ce blog ? Avez-vous vu le mot « obsession » ?

Oui, je suis obsédé par l’orthographe. J’admets certaines fautes. Qui n’en fait pas ? C’est tellement compliqué. Mais les erreurs d’accord ont du mal à passer. Il y a quelque chose qui coince.

OK, c’est très complexe : il faut trouver le COD, voir s’il est placé avant ou après le verbe. Et avec les verbes pronominaux il faut réfléchir, tourner la formule différemment, faire une simulation avec un autre verbe, pour voir si, par hasard, la solution ne nous paraîtrait pas évidente. Bref, ça ne coule pas de source. En un mot, ce n’est pas « naturel ».

Il faut chercher. Alors je cherche.

Pour l’accord avec « se faire », j’étais quasiment certain de l’erreur de mon ânonne. Ça m’étonnait. Elle écrit très bien (http://duchesseatwork.blogspot.com/) et fait très peu de fautes d’orthographe. Mais ça arrive, même aux meilleurs.

Avec « se laisser », c’est plus compliqué. Mes souvenirs me disaient que ça dépend si l’action du verbe suivant s’applique au sujet ou pas. Elle s’est laissé faire et elle s’est laissée aller. Ou l’inverse ? Ce n’est pas elle qui fait mais c’est elle qui va. Elle a laissé quelqu’un faire et elle a laissé elle-même aller. Ou l’inverse ?

Pfou ! Je transpire. La langue française commence à me faire ch…..aque fois la même chose.

Bon ! Qu’est-ce qu’on fait ? On ne va pas y passer la matinée.

Goût gueule bien sûr. Qu’appends-je ? Qu’en 1990 l’orthographe de la langue française a fait l’objet de modifications, de simplifications, et notamment « le participe passé des verbes en emplois pronominaux ». Ça fait bien mon affaire. Voyons cela :

Analyse 5. Le participe passé des verbes en emplois pronominaux

Les règles actuelles sont parfois d’une application difficile et donnent lieu à des fautes, même chez les meilleurs écrivains. (Â qui le dites-vous ?)

Cependant, il est apparu aux experts que ce problème d’orthographe grammaticale ne pouvait être résolu en même temps que 1es autres difficultés abordées. D’abord il ne s’agit pas d’une question purement orthographique, car elle touche à la syntaxe et même à la prononciation. Ensuite il est impossible de modifier la règle dans les participes de verbes en emplois pronominaux sans modifier aussi les règles concernant les emplois non pronominaux : on ne peut séparer les uns des autres, et c’est l’ensemble qu’il faudrait retoucher. Il ne sera donc fait qu’une proposition, permettant de simplifier un point très embarrassant : le participe passé de laisser suivi d’un infinitif (ça m'arrange), dont l’accord est pour le moins incertain dans l’usage. (Voir Règle 6.)

 

Voyons donc la règle 6 :

Règle 6. Participe passé : le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est rendu invariable (chouette) : il joue en effet devant l’infinitif un rôle d’auxiliaire analogue à celui de faire, qui est toujours invariable dans ce cas (qu'est-ce que je vous disais ?) (avec l’auxiliaire avoir comme en emploi pronominal).

Le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est donc invariable dans tous les cas, même quand il est employé avec l’auxiliaire avoir et même quand l’objet est placé avant le verbe. (Voir Analyse 5.)

Exemples :

Elle s’est laissé mourir (comme déjà elle s’est fait maigrir) ;

Elle s’est laissé séduire (comme déjà elle s’est fait féliciter) ;

Je les ai laissé partir (comme déjà je les ai fait partir) ;

La maison qu’elle a laissé saccager (comme déjà la maison qu’elle a fait repeindre).

 

Hé ben voilà. C’est pas plus simple comme ça ?

 

Commenter cet article

La Griotte 30/12/2010 18:59


Merci !
Je m'arrache souvent les cheveux...


âne debout 31/12/2010 17:06



Serviteur !



Duchesse 16/09/2010 09:05


J'aime beaucoup le "j'ai la synthaxe légère".


pow wow 15/09/2010 14:28


Je te jure que non. J'ai la syntaxe légère et je suis fâché un peu avec la grammaire, je fais tout intuitivement. Y a des lustres que j'ai pas revu mes bases. Et en plus comme tu le soulignes, il y
a eu d'importants changements dans les années 90.


âne debout 15/09/2010 10:50


Là, tu vas à la pêche aux compliments.


pow wow 14/09/2010 19:47


Han...j'imagine le nombre de fautes qui doivent parsemer mes billets...parce que la conjugaison et moi, pis la grammaire...l'orthographe ça va.