Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

Parfois je me fais honte

Publié le 4 Novembre 2010 par âne debout in nombrilage

J’ai beaucoup roulé. J’ai roulé ma bosse et j’ai roulé carrosse mais pas comme la Marie-Vison de la chanson. Je veux dire que dans le cadre de mon métier j’ai beaucoup roulé et beaucoup conduit ma voiture. Si je m’amusais à faire le calcul, je trouverais un certain nombre d’équivalents tour du monde. Entre 40 et 50. Bref, j’ai beaucoup roulé. J’ai roulé vite, très vite. Surement trop vite parfois mais ça n’a pas provoqué d’accidents.

Pour être franc, totalement franc, dans ma toute première période de conduite d’automobile, j’ai planté la voiture de mon père à deux reprises. On disait à l’époque que c’était comme ça qu’on apprenait à conduire. Je préciserai que ces deux plantages ne sont pas dus à la vitesse (ni à l’alcool, pour qui me prenez-vous ?), mais à mon inexpérience.

Ce n’est que plus tard que je me suis mis à conduire vite. Je me souviens particulièrement d’une époque où je faisais le trajet Vannes-Paris tous les lundis matins et retour tous les vendredis soirs. Je roulais alors très vite. J’étais équipé de la CB et donc toujours renseigné de l’emplacement des contrôles. Faut dire qu’à l’époque les radars fixes n’existaient pas. Le contrevenant était dépisté par des radars installés (cachés ?) par les gendarmes derrière un buisson ou une pile de pont et arrêté un peu plus loin par le comité d’accueil. C’était l’époque où l’on faisait un appel de phare aux automobilistes arrivant en face pour les avertir du contrôle. Pas qu’ils se fassent prendre. Solidarité de conducteur rapide. Plus tard sont arrivés les radars embarqués et les radars photographes. Je dis tout ça, c’est pour planter le décor.

Donc, avec la CB, dès que j’arrivais sur l’autoroute, un appel à la cantonade :

- Attention les stations ! Est-ce que la route est propre en direction de Paris ?

Et la réponse arrivait toujours.

- Attention la station, boite à images au km 236.

- OK. Merci la station. Dans l’autre sens la route est propre jusque Rennes. Rien vu rien entendu.

- Merci la station et bonne route !

Et fort de ces renseignements, je roulais à 175 km/h jusqu’à l’approche du km 236 et redemandais des informations pour la suite du parcours. Oui oui, vous avez bien lu : 175 km/h. Oh, pas en permanence. Pas quand il pleuvait ou qu’il y avait du brouillard. Pas quand le trafic était dense. Mais dans de bonnes conditions, c’était ma vitesse courante. Je n’ai jamais été pris au radar. Du moins pas dans les circonstances que je viens de décrire. Une fois, à 83 km/h sur une portion de route nationale limitée à 70 km/h. C’est tout. J’en entends certains qui pensent « pas de quoi être fier ». Je n’en suis pas fier. Mais pas honteux non plus. Je dis la vérité c'est tout. Et, je le répète, je n’ai jamais eu d’accident.

But the times they are a-changin'

panneau_radar.jpg

Depuis une quinzaine d’années, je n’ai plus envie de rouler vite. La vitesse ne m’intéresse plus, ne m’attire plus. Ça tombe bien parce que la surveillance est devenue beaucoup plus serrée et il est très difficile de passer à travers les mailles. Je roule moins mais je roule encore pas mal mais j’aime rouler pépère. L’âge peut-être. Sur la voie rapide limitée à 110 km/h, je règle mon régulateur à 116 et je suis tranquille. Sur l’autoroute, 136 et j’enfile les kilomètres, vigilant mais libéré de tout stress.

Hé bien vous ne me croirez pas, depuis que je roule tranquille, je me suis fait prendre 4 ou 5 fois au radar. Avec les infractions de téléphone au volant, il ne me restait plus que 4 ou 5 points au permis. J’ai été contrôlé à 55 pour 50, à 78 pour 70 et une fois à 71 pour 70. J’étais vachement dangereux à 71 km/h au lieu de 70 entre La Française et Moissac (si certains connaissent le coin je leur conseille de se méfier).

Ça m’a rendu vénère. Je calimérise : « c’est injuste, c’est vraiment trop injuste ». Je suis devenu hargneux envers les chauffards qui roulent à 125 quand je roule à 116 sur la voie rapide. Je peste après le connard qui me dépasse sur l’autoroute alors que mon régulateur est réglé sur 136 km/h. Et le pire, je vais vous le dire. Le pire …non je n’ose pas. Non je n’arrive pas à le dire. Le pire … … c’est … … hé bien c’est que je souhaite qu’il y ait un radar qui le flashe, ce salaud de danger public. Ya pas de raisons quoi merde !

J’ai honte.

Commenter cet article

La Griotte 30/12/2010 17:43


c'est pas grave : ça passe vite !


âne debout 31/12/2010 17:02



Il y a tant de choses à boire.



Ânonne K 08/11/2010 10:39


Moi je viens de recevoir ma première contravention pour excès de vitesse : 143 km/h sur l'autoroute... Rhooooo ! Et bien j'étais contente de mon score, en plus il faisait beau , je rentrais
d'Auvergne, la route était dégagée, la bonne musique m'inondais de son dynamisme ainsi que mes trois amies embarquées et je suis rentrée tôt à Paris. (1h30 avant Pierre qui conduisait une seconde
voiture... Loin derrière...) Non, je ne regrette rien, mais je suis déçue de ne pas avoir reçu la photo du délit qu'il aurait fallu acheter si je la voulais !


âne debout 08/11/2010 14:03



Rhoooooo ! Non, je ne suis pas d'accord. Je ne peux cautionner ce genre d'attitude. Je ne sais pas comment les gens élèvent leurs gosses mais ça devient vraiment n'importe quoi.


Bon, bisous quand même ma fifille.



rderien.over-blog.com 08/11/2010 00:03


Tte, sauf ma mère.AHAHAH


âne debout 08/11/2010 14:10



Parce qu'elle fait de bons gateaux.



rderien.over-blog.com 06/11/2010 21:37


Je m'apprete a faire un gros tag sur ce fameux radar de "la mégère"...


âne debout 07/11/2010 11:57



La Mégère, c'est ça. Et celle-ci n'est pas apprivoisée. La saaalooooooooope !



ZAZA 06/11/2010 04:01


A qui le dis tu...........!!!!!!!!!!


âne debout 06/11/2010 10:24



Mais à toi. Entre autres.