Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

Patriote ou économe ?

Publié le 26 Janvier 2012 par âne debout in essayage

h-4-2656970-1323687218.jpg

Longtemps, je me suis couché avec une envie de burtule. Quelle que soit l’heure.

Finalement, au prix d’inhumaines privations, de restrictions inimaginables pour tout parlementaire qui n’a pas connu le génocide arménien, j’ai réussi à économiser quelques sous pour faire l’acquisition de l’objet tant désiré. Je me rends donc à la burtulerie du quartier, la maison Abonessian.

-Bonjour monsieur, je voudrais voir ce que vous avez comme burtules.

-Bien sûr, c’est une très bonne idée une fois, je vais vous montrer ça. Alors, j’ai celui-ci, un burtule français à 120 €, ou celui-là, un burtule étranger à 96 €.

C’est drôle, c’est écrit 96 en chiffres et M. Abonessian lit nonante six en lettres. « Il doit être Belge, faut pas se fier aux noms de famille » me dis-je en moi-même.

« Comment expliquez-vous cette différence de prix ? »

...

Ben il ne me répond pas. Qu’est-ce qu’il lui prend ? Je l’ai vexé ?

Ah je suis bête : sur ma lancée je lui ai parlé en moi-même. Quel distrait je fais ! Je suis le seul à comprendre cette langue.

-Comment expliquez-vous cette différence de prix ? Répété-je. En belge.

-Je n’en ai aucune idée, m’affirme-t-il.

-Les matériaux peut-être ?

-Oh non, je ne crois pas. Regardez, ils sont totalement identiques.

-La fabrication est peut-être plus soignée en France. Je ne dis pas ça pour vous M. Abonessian, mais vous savez, il y a étranger et étranger. Enfin, je me comprends.

-Oh non tabernacle, me répond-il, la finition est aussi soignée sur les deux burtules. Il n’y a pas de différence, nom d’un caribou.

Tiens, Québécois alors ? Les étrangers sont étranges.

Mais revenons à nos burtules. Nos burtules, qu’il ne faut pas confondre avec les berdales qui, elles, peuvent être très dangereuses. Il n’est pas rare qu’avec une berdale on s’empale. Alors qu’avec un burtule, non.

Finalement, je suis un peu déstabilisé. Je n’aime pas ne pas comprendre. Pourquoi achèterais-je un burtule plutôt que l’autre ? Suis-je patriote ou économe ? Quel burtule ? Le français ou le bon marché ?

-Réfléchissez, me dit le burtulier, prenez votre temps. Il n’y a pas le feu au lac.

Bon, Suisse maintenant. Commence à me courir sur le burtule celui-là.

-Vous avez raison M. Abonessian, je vais réfléchir. Je reviendrai. Mais promettez-moi d’arrêter avec tous ces clichés complètement ringards sur nos amis francophones.

-Pa ni pwoblem !

 

 

Alors je suis rentré chez moi et j’ai réfléchi.

Le prix H.T. d’un burtule français comprend :

- MP, le prix de la matière première. Prix d’achat H.T.

- MO, le prix de la main d’œuvre ouvrière. Salaires bruts + charges patronales.

- FG, les frais généraux de l’usine. Bâtiments, matériels, frais de fonctionnement, salaires des improductifs (direction, recherche, administration, service commercial)

- BF, le bénéfice du fabricant

Pour simplifier je ne tiens pas compte des marges des différents intermédiaires qui vont suivre le burtule de sa fabrication à sa destruction. Je pars du prix du burtule à sa sortie de l’usine.

Toujours pour simplifier, je vais considérer que, puisqu’il y a 4 éléments constitutifs du prix, chaque partie représente 25%. D’une part ce n’est pas irréaliste, d’autre part ça m’arrange pour la clarté du calcul et enfin, même si les chiffres sont faux, ça ne dénature pas le principe.

À sa sortie de l’usine, le burtule français coûte donc :

MP                    25 €

MO                   25 €

FG                    25 €

BF                     25 €

Total HT         100 €

TVA                  20 €

Total TTC       120 €

 

Prenons maintenant le burtule étranger.

La matière première est la même, provient des mêmes fournisseurs et coûte donc le même prix.

Par contre, les ouvriers étrangers sont bien moins payés et surtout ne bénéficient pas de la même protection sociale que les ouvriers français.

Les frais généraux de l’usine sont un peu inférieurs puisque, par le fait, tout coûte moins cher, y compris les salaires des improductifs.

La marge bénéficiaire de l’usine est également un peu moins élevée puisque les besoins sont moins élevés que chez nous également en ce domaine.

À son arrivée en douane, le burtule étranger coûte donc:

MP                    25 €

MO                   15 €

FG                    20 €

BF                     20 €

Total HT           80 €

TVA                  16 €

Total TTC         96 €

Ce qui fait que votre fille est muette.

 

Donc, non seulement les étrangers ne donnent pas de couverture sociale à leurs ouvriers, mais en plus ils viennent nous empêcher, en envahissant notre marché, de donner une couverture sociale aux nôtres, d’ouvriers. C’est quoi ce travail ?

 

Qu’avons-nous comme solution ?

La solution la plus évidente, prendre une taxe à la frontière sur toute marchandise entrant en France. Dans le cas du burtule ci-dessus, on y colle une deuxième taxe de 24 € et voilà notre burtule importé qui se retrouve au prix de son concurrent français. On peut même y rajouter un petit chouïa et il ne prendra même pas la peine de venir essayer de se faire acheter par moi.

Comment ? On n’a pas le droit ? Protectionnisme dites-vous, lois régissant le commerce international ? Et puis on ne pourrait plus exporter nos propres produits puisque les étrangers nous feraient la même chose ?

C’est pas faux, comme dirait Perceval.

La solution préférée des patrons, baisser les salaires. Ou alors, réduire la couverture sociale qui augmente le coût du travail et qui fait que, si on ne fait rien, il n’y aura bientôt plus  de travail comme ça vous serez bien avancés avec vos sacro-saints droits acquis. Merde. Et c’est ça ou je ferme l’usine. (Pas tous les patrons, faut pas gêner Alysée.)

Mais au fait, pourquoi la couverture sociale n’est-elle financée que par les salaires ? Est-ce un dogme ?

Pourquoi ne serait-elle pas financée par la consommation, par exemple ? La consommation de tous les produits y compris les produits étrangers ? On aurait le droit de faire çà ? Que disent les lois du commerce international là-dessus ?

Revenons à mon burtule français. Si j’enlève le financement de la couverture sociale par les salaires, je réduits le coût du poste MO de 25 à 15 € et celui du poste FG de 25 à 20 €, soit une économie de 15 €. Vous me suivez ?

Ces 15 € économisés, j’ai besoin de les retrouver ailleurs puisqu’ils doivent absolument assurer le financement de la couverture sociale. Je les reporte en fin d’addition, après le poste TVA, j’appelle ce poste CS, et ça donne ceci :

                                   MP                    25 €

                                   MO                   15 €

                                   FG                    20 €

                                   BF                     25 €

                                   TVA                  17 €

                                   CS                    15 €

                                   Total TTC       117 €

 

Et l’astuce c’est que cette taxe de 15 € je l’applique également au burtule étranger. J’en ai le droit. Qui peut m’empêcher d’appliquer une taxe aux burtules étrangers si j’applique la même aux burtules français ?

Ça donne ceci :

                                                                                  Total HT            80 €

                                                                                  TVA                  16 €

                                                                                  CS                    15 €

                                                                                  Total TTC       111 €

Hé ben, on se rapproche. Encore un effort.

 

 

-Ça ressemble à de la TVA sociale, me dites-vous.

-Ah je ne sais pas. Je ne sais pas ce que vous appelez la TVA sociale. C’est ça la TVA sociale ? Vous êtes sûr ?

-Vous êtes bien de gauche, rassurez-moi.

-Oui je suis de gauche. Bien sûr que je suis de gauche. Je n’aime pas du tout le libéralisme économique, la loi du renard libre avec des poules libres dans un poulailler libre. Oui je suis de gauche. J’ai même voté Chirac au deuxième tour en 2002, c’est vous dire si je suis de gauche.

-Hé bien, vous savez que Hollande est contre la TVA sociale.

-Quoi Hollande ? Je viens de vous dire que je suis de gauche. Vous m’emmerdez à la fin.

 

Ah je ne comprends plus rien. Faudrait qu’on m’explique une bonne fois cette histoire de TVA sociale.

Je ne suis pas idiot, mon calcul ne vaut que ce qu’on veut bien. Oui, mes chiffres sont fictifs. Oui ce n’est pas simple de calculer une taxe moyenne valable pour tous les produits et même pour les services. Oui, avec une taxe unique pour tous les biens consommés, certains produits se retrouveraient en augmentation parce qu’ils ne nécessitent pas beaucoup de main d’œuvre. Oui, je sais tout ça.

Nous avons de super technocrates qui pourraient se charger de nous pondre de savants coefficients simplificateurs. On a vu pire comme usine à gaz, non ?

Mais le principe, que penser du principe de faire supporter le poids du financement de la protection sociale à autre chose qu'aux salaires ?

Mes chers amis de gauche, mes frères, je vous demande une chose : expliquez-moi bien pourquoi il faut être contre ce que l’on appelle, probablement à tort, la TVA sociale. Je suis prêt à admettre que je me trompe.

 

Je vous préviens que si vous ne faites rien …

…je vais finir par acheter un burtule chinois.

Commenter cet article

chervalin 19/04/2012 10:48


n'importe quoi


bertale est au masculin.


Une bertale, on aura tout entendu sur ce blog.


ceci dit j'ai lu deux fois l'article mais il va falloir que je le relise car à chaque fois j'ai été dérangé et j'ai paumé la corde.


 

âne debout 01/05/2012 10:23



Bon, ça fait plus d'un mois. C'est bon maintenant, tu as retrouvé la corde, je peux revenir ?



pow wow 06/02/2012 19:44


Pourquoi tu t'emmerdes avec des burtules? Moi j'achète que des tuponques.

âne debout 07/02/2012 10:33


J'ai déjà essayé les tuponques. J'ai été déçu. Bon, c'était il y a longtemps, les tout premiers tuponques. Peut-être n'étaient-ils pas encore au point. De toutes façons j'aurai le même problème :
tuponque français ou tuponque importé ?


auframi 05/02/2012 12:08



souliko 04/02/2012 11:26


Waou ! Vachement chiadé ton article ! Juste une petite question : C'est quoi un burtule ? Chuis un peu béotienne par un copain de mon père...

âne debout 05/02/2012 10:53



Merci souliko.


Si tu ne sais pas ce qu'est un burtule, fais attention, ne confonds surtout pas avec une berdale.



Pascale 01/02/2012 16:01


Nan, par les revenus du capital. 


Sur mon hypothèse, j'ai lu ce matin (par hasard) que les prix de certains produits hi-tech avait dégringolés depuis quelques jours. Tiens, tiens !

âne debout 01/02/2012 19:13



"par les revenus du capital"


Comme tu y vas ! Dis donc, tu ne serais pas en train de virer à gauche ?