Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

Une porte ouverte sur l'infini

Publié le 18 Août 2011 par âne debout in épatage

 Le Musée des Beaux-Arts de Quimper présente une exposition

 

De Turner à Monet

La découverte de la Bretagne par les paysagistes au XIXème siècle

 

 

 

Je tiens juste à vous parler d'une toile qui m'a littéralement envoûté et vers laquelle je n'ai cessé de revenir au cours de ma visite :

 

022

 

 

Les Petites Mouettes

 

par Octave Penguilly-L'Haridon

Huile sur toile (1958)

 

 

Voilà ce qu'en écrivait Baudelaire dans Curiosités esthétiques après l'avoir vue au salon de 1859

 

"Je ne veux pas quitter cet aimable artiste, dont tous les tableaux cette année sont également intéressants sans vous faire remarquer plus particulièrement Les Petites Mouettes : l'azur intense du ciel et de l'eau, deux quartiers de roche qui font une porte ouverte sur l'infini (vous savez que l'infini parait plus profond quand il est plus resserré), une nuée, une multitude, une avalanche, une plaie d'oiseaux blancs, et la solitude ! Considérez cela, mon cher ami, et dîtes-moi ensuite, si vous croyez que M. Penguilly soit dénué d'esprit poétique."

 

Pas mieux.

 

Il s'agit d'un rivage de Belle-Île-en-Mer, à Port Donan.

 

Il se trouve que je suis allé à Belle-Île début août et que j'y ai pris quelques photographies, dont celle-là :

 

Belle-Île-en-Mer 2

 

 

La marée n'est pas au même niveau mais avouez que les rochers se ressemblent. A mon avis c'est là que le peintre s'est installé en 1958.

 

Émouvant non ?

 

 

 

Commenter cet article

Pangloss 24/08/2011 12:43


De retour? Tu me manquais. J'ai eu peur que tu n'aies "déblogué".
Et ça redémarre très fort!


âne debout 24/08/2011 18:45



Je blogue, je déblogue, je reblogue. C'est un peu le principe.


"au gré de mes humeurs et de l'air du temps"


Je prends souvent la résolution d'être plus assidu mais je suis très dissipé en fait.



Souliko 22/08/2011 11:44


C'est vrai que cette toile est belle ! Pour la date, tout a été dit...alors je m'abstiens ! :-)


âne debout 22/08/2011 15:37



Sache que j'apprécie ta discrétion.



Jazz 19/08/2011 21:04


Très belle toile en effet, par son cadrage, son thème et son originalité. Et Baudelaire! Quel visionnaire, de décrire ainsi 99 ans plus tôt une toile peinte en 1958 ;-)


âne debout 20/08/2011 15:10



Bon, finalement je suis contraint d'avouer que j'ai fait cette erreur pour vérifier si les billets étaient bien lus jusqu'au bout. Apparemment oui. Je vais donc continuer de les écrire
jusqu'au bout.


Merci d'avoir en plus commenté l'oeuvre présentée.



Pascale 18/08/2011 20:42


Baudelaire l'a vue en 1958 ? Mon professeur de lettres m'aurait menti ? Sapristi !


âne debout 19/08/2011 15:31



Oui bon ben heu ça va comme ça.


Errare asinum est. Sed perseverare diabolicum. Moi je dis.



KA 18/08/2011 19:49


Ce qui est émouvant, c'est qu'Octave Penguilly-L'Haridon et Baudelaire aient encore été de ce monde en 1958…
;-)
(Et voilà où mène l'abus de chouchen !)


âne debout 19/08/2011 15:26



Je suis maintenant obligé de laisser mon erreur de date qui n'est qu'une faute de frappe. Si je corrige, ton commentaire ressemblera à ce qu'il est d'ailleurs, une incongruité. Et je m'en
voudrais de te faire passer pour un con, même gru. Vois ma grandeur d'âme.


Je te signale seulement que mes honorables visiteurs et moi-même serions en droit d'attendre un peu plus, comme commentaire, de la part du spécialiste de l'art pictural que tu es :
http://plumesetpinceaux.hautetfort.com/dessins_perso/