Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lubies et obsessions d'un âne debout

Mes lubies et mes obsessions, au gré de mes humeurs et de l'air du temps.

La science des ânes

Publié le 24 Juillet 2010 par âne debout in balançage

correction absorptionJe suis en colère. En colère après moi. J'ai vendu mon entreprise à un con.

Un con dans presque tous les sens du mot "con". Un gros con, un sale con, un petit con... Un vrai con quoi.

 Un con parce qu'il venait dans le métier pour de mauvaises raisons. Un con parce qu'il est arrivé en voulant tout chambouler. Un con parce que nous n'étions, lui et moi, finalement pas faits pour nous entendre professionnellement. Un con parce qu'il n'a pas bien traité le personnel. Un con pour plein d'autres raisons.

 Mais la raison principale, je viens d'en avoir un nouvel exemple, la raison principale qui me fait dire que c'est un con, c'est qu'il est nul en orthographe. Pour moi c'est rédhibitoire.

Dans ses courriers, trois fautes par ligne. Des petites fautes. Des fautes que tout le monde peut faire, que je considère comme fautes d'inattention. Des fautes que tout le monde fait et que l'on corrige à la relecture. Mais aussi des fautes d'ignorance. Mais aussi, mais surtout, de très grosses fautes, d'énormes fautes. Des fautes qui vous rapportent un beau zéro à votre devoir. Des fautes d'accord. Des fautes qui provoquent des contresens. Des fautes résultant de choix faits au hasard comme par exemple entre "ses", "ces", "sait", "sais", "s'est" ou "c'est". Des fautes inédites, qui n'existaient même pas avant qu'il ne les fasse.

Le nouvel exemple que je viens d'avoir ? Je viens de passer devant le bâtiment de l'entreprise. Il a fait poser un nouveau panneau-enseigne. Le logo de l'entreprise et ses activités :

 

plafonds suspendus

cloisons modulaires

correction accoustique

planchers techniques

 

Accoustique, avec 2 c, même l'ordinateur a du mal à l'écrire. Je suis obligé de le forcer.

Quand j'ai cédé l'entreprise, il y avait un panneau sans la faute, il y avait des en-têtes de lettre sans la faute, il y avait, il y a toujours, un site internet sans la faute. Il y avait des véhicules avec des inscriptions sans la faute. Il y avait un nombre considérable de documents sans la faute. Alors je dis merde.

Quoi c'est peut-être l'imprimeur ? C'est vrai, c'est peut-être l'imprimeur. Et alors ? Si l'imprimeur fait mal son travail, on le refuse et on lui demande de le refaire.

Ce n'est pas tout. Je vous ai parlé du panneau fixé sur le bâtiment mais il y a aussi un panneau, plus petit, à l'entrée du chemin qui y mène. Bien sûr, vous l'avez deviné, on y trouve la même faute sur le mot "acoustique" mais également une faute d'accord : planchers technique.

Ben voyons ! Quand on est con, on est con. Et on n'a pas honte de le montrer.

Commenter cet article

âne debout 27/07/2010 17:29


@gwenn
Dis à ta copine qu'elle peut laisser elle-même un commentaire. Tu es bien placée pour savoir que ça fait plaisir.


Gwenn 27/07/2010 17:08


Mon amie Marie-Noëlle te remercie pour ses "3 minutes de rires "accoustiques" de la journée ".


Gwenn 27/07/2010 16:40


Et ça t'étonnes ?...


âne debout 25/07/2010 11:10


Hi hi ! Tu as raison Anne-Marie. Ou même un âne lambda (quelconque). Ou, pire, un âne epsilon (quantité négligeable).
J'arrête parce que je ne voudrais pas manquer de respect aux ânes.


Anne-Marie 25/07/2010 10:01


Aurait-on à faire à un âne alpha bête?